Aller au contenu
GaraturionYogathérapieLes bienfaits du Yoga sur le mental

Les bienfaits du Yoga sur le mental

Prendre soin de soi et de son psychisme avec le yoga

Depuis quelques années, le yoga a le vent en poupe. Il se décline à toutes les sauces : Yoga Vinyasa, Yoga Flow, Hatha-Yoga, Yin Yoga, Yoga Bikram, etc. Les studios fleurissent en ville ! Même les petits villages ne sont plus en reste de professeurs de yoga. Est-ce un effet de mode ? Cette surenchère met le doute. Le yoga est-il aussi bénéfique qu’on le dit ?
C’est dans ce contexte qu’est née cette idée d’article. Me serais-je fait happer par cette folie yogique ? Disons que… Ça dépend ! Comme pour de nombreux cas, il est nécessaire de distinguer les avantages réels de la pratique du yoga des dérives issues de sa sur-commercialisation.

Une pratique régulière du yoga procure de nombreux bienfaits sur la santé, tant physiques que psychiques, comme nous allons le voir.

Pourtant, ces dernières années, il a aussi fait les frais d’un phénomène de consommation à outrance. Quand je vois toutes ces nouvelles déclinaisons de pratique de yoga, j’ai l’impression d’être devant un rayon de supermarché. Fraise, Citron, Banane… On ne sait plus lequel goûter tellement l’offre est grande. N’oubliez pas que les réelles vertus se cache souvent dans la simplicité. Je ne vous parlerai donc pas dans cet article du yoga occidentalisé et décliné selon toutes ses saveurs; ce dernier s’apparente plus à du fitness (et nous savons tous que le sport est bon pour la santé). Je parlerai plutôt du yoga traditionnel qui est plus qu’une pratique sportive.

Qu’est-ce que le yoga traditionnel ?

Le yoga est une philosophie de vie. L’étymologie du mot YOGA vient du sanskrit « Jug » qui signifie relier, unifier, joindre, mettre ensemble. Le travail du Yoga consiste à unifier l’être humain, à la mettre en relation avec lui-même, avec sa profonde intimité qui se décline en trois entités que sont le corps, l’âme, et l’esprit.
Toujours dans cette même trame, le yoga propose une vision particulière du monde. Il ouvre le regard sur la façon dont les êtres humains peuvent cultiver la joie et la plénitude dans ce monde de souffrance en trouvant leur unité intérieure. Tout ceci vise à permettre à l’humain de se libérer en devenant un « être éveillé ». Vous comprenez donc que pratiquer le yoga revient à s’inscrire dans cette philosophie de vie. Si vous n’adhérez pas à cela, vous ne pratiquez pas réellement le yoga. Vos séances se doivent d’être nourries de cet objectif de libération de votre être, et non seulement de bien-être corporel.

Petit commentaire de la psychologue : Sur le plan du mental, s’inscrire dans cette philosophie est bénéfique. Cela inscrit en vous que, régulièrement, à chaque pratique (au minimum), vous oeuvrez pour votre bien-être global. Poser des intentions claires sur les actions que vous entreprenez est très important, elles donnent la direction dans laquelle vous souhaitez aller.

Les Upanishads sont les premiers écrits qui ont été retrouvés et qui abordent les principes du yoga. Ils datent du VIIème siècle avant Jésus-Christ. Ces textes sont très spirituels. Les principes de la méditation et de la concentration y sont abordés.
Un peu plus tard, vers 200 avant Jésus-Christ, Patanjali écrivit les Yogas-Sutras. Un recueil de 195 aphorismes, qui fait référence aujourd’hui. Il propose une synthèse philosophique du yoga.
Depuis, le yoga s’est diversifié, mais tel que décrit dans la Bhagavad-Gita, un texte majeur de l’Hindouisme, il y existe cinq grandes voies du yoga qui permettent d’arriver à cet état de libération et d’unification de l’être :

  • Le Karma-Yoga qui est le yoga de l’action, et qui a pour principe l’acte juste et désintéressé;
  • Le Bhakti-Yoga qui est le yoga de la dévotion. Rattaché à l’hindouisme et au bouddhisme, il permet de se rapprocher de la divinité;
  • Le Jnana-Yoga qui est le yoga de la connaissance, la capacité de savoir au-delà de la réalité matérielle et visible;
  • Le Hatha-Yoga qui a pour objectif de libérer l’âme de la matière qui l’emprisonne au moyen de postures et de techniques de respiration;
  • Le Raja-Yoga, la voie royale qui regroupe les quatre voies précédentes.

De par ce petit résumé très concis de l’histoire du yoga, vous pouvez voir que :

  1. La pratique du yoga vise à éveiller notre être, au-delà de la matérialité du corps physique;
  2. Cet éveil peut s’acquérir de différentes manières, le Hatha-Yoga étant l’une d’elles;
  3. Le yoga Vinyasa, le yoga Bikram, le yoga Flow et autres courants actuels ne font pas partis des grandes voies permettant d’atteindre cette libération.

Je vous propose de faire un focus sur le Hatha-Yoga, le yoga le plus répandu en occident.

Au risque de me répéter, si vous ne l’aviez pas encore compris, pratiquer le Hatha-Yoga, ce n’est pas que faire un enchaînement de postures pendant une séance d’une heure et quart. Non, le Hatha-Yoga c’est un ensemble de plusieurs techniques. N’oubliez pas que le Hatha-Yoga permet, par sa pratique, de devenir un être unifié et éveillé. Cet éveil ne va pas venir juste en alignant des postures les unes après les autres. Pour purifier l’esprit, il est nécessaire de purifier le corps. Tel est le but du Hatha-Yoga, qui est aussi connue comme la Science de la purification. Elle ne comporte pas qu’une seule technique de purification mais six. Le corps doit être purifié de six manière différentes selon les six différentes impuretés qu’il accumule. Ces purifications permettent de remettre l’énergie en circulation dans le corps.

Voici les différentes techniques utilisées :

  • Les Asanas;
  • Les Shatkarmas et Pranayamas;
  • Les Mudras et Bandhas;
  • Le Samadhi;

Les Asanas…

…sont des postures ou positions plus ou moins complexes. En Hatha-Yoga, elles sont au nombre de 84 et peuvent être réparties en plusieurs catégories :

  • les postures debout ;
  • les postures assises ;
  • les postures en équilibre ;
  • les postures en torsion ;
  • les postures en flexion ;
  • les postures inversées ;
  • les postures restoratives.

Chaque posture fait bien entendu travailler le corps, la conscience corporelle, a un effet sur les articulations, la souplesse, les organes mais elles ont aussi un effet sur le mental. De par la concentration qu’elles induisent pour être réalisées, elles conduisent vers un chemin de respect de soi-même et de confiance en soi. De plus, selon leur catégorie, elles vont impacter sur différents plans mentaux : les postures en flexion par exemple vont favoriser le lâcher prise, les postures en équilibre sur la confiance en soi, les postures en torsion sur la flexibilité mentale.

Petit commentaire de la psychologue :  Ce que le corps vit, le mental le vit aussi. Si vous amenez, par exemple, votre corps à vivre une expérience positive de lâcher prise par la flexion, elle va influencer votre mental dans ce sens. La répétition de ces expériences corporelles de flexion positives va permettre ensuite à votre mental d’associer lâcher prise et positif.

Les Shatkarmas et Pranayamas

Les Shatkarmas sont des techniques de purification qui visent à garder le corps propre, fort, et sain. Certaines de ces techniques, comme Kapalabhati, peuvent être proposées pendant les cours de yoga. Kapalabahti est une technique de respiration qui s’accorde avec des mouvements abdominaux. D’autres sont plus difficilement accessibles en cours collectif, (Basti qui est une méthode de purification du gros intestin, où le yogi s’assoit dans une baignoire d’eau et aspire l’eau par son rectum). Il est traditionnellement recommandé de pratiquer les Shatkarmas avant les Pranayamas, mais là encore, ces règles initiales ont été allégées pour nous, occidentaux, ne soyons pas trop rebutés devant l’exigence de ces pratiques. Pourtant, les Shatkarmas sont de puissantes techniques de purification du corps. Elles nettoient en profondeur le corps des toxines accumulées. Et l’accumulation de toxines dans le corps a une grande influence sur le plan mental.

Petit commentaire de la psychologue : l’accumulation de toxines dans le corps encrasse le sang. Si le sang est encrassé, c’est tous vos organes qui se trouvent de près ou de loin touchés et affaiblit. Cet affaiblissement créé un stress interne, qui engendre alors une production d’« hormones du stress » , comme le cortisol et l’adrénaline. Ces hormones, à forte dose, peuvent induire un état anxieux et/ou dépressif.

Les Pranayamas sont des techniques de respiration, de maîtrise du souffle. Ce sont des techniques extrêmement puissantes qui ont d’ailleurs été repris par de grands noms dans le domaine de la psychologie.

Avez-vous déjà entendu parler de David Servan-Schreiber ou de David O’Hare avec leur cohérence cardiaque ?

Et bien, il s’agit d’une technique de Pranayamas. Il est écrit dans le Hatha-Yoga Pradipika que les Pranayamas ont un effet bénéfique sur les parties du cerveau en charge des émotions et de la peur, et ainsi permettent de combattre la peur de la mort. Ceci peut s’expliquer par la pleine concentration qui s’impose lorsque vous pratiquez ces techniques. Elles exigent une absorption complète de l’esprit sur ce seul objet qu’est le souffle. Par la pratique, un état de superconscience et d’unité intérieure s’acquiert petit à petit, il amène alors à voir les peurs (telle que la peur de la mort) comme une peur futile.

Les Mudras et Bandhas

Les Mudras sont des gestes/sceaux spécifiques que l’on fait prendre au corps, aux yeux, aux mains, à la langue, la gorge, et à ne pas confondre avec les Asanas. Ces gestes ont pour objectif de faire circuler dans tout le corps l’énergie produite grâce aux Asanas et aux Pranaymas, et d’activer de plus hauts états de conscience.

Les Bandhas signifient « contraction, verrouillage ». Ce sont des actions de contraction de certains organes ou muscles qui permettent de canaliser l’énergie dans un centre particulier du corps.

Petit commentaire de la psychologue : Ces Mudras et Bandhas stimulent l’ensemble du système endocrinien. Ceci a un effet positif sur le mental car l’action de régulation sur le système hormonal implique une action de régulation de nos émotions. Effets bénéfiques supplémentaires, ils agissent sur le système nerveux en diminuant l’activité du système nerveux sympathique et en stimulant l’activité du système nerveux parasympathique. En plus clair, ils calment le rythme cardiaque, abaissent nos ondes cérébrales, calment le système digestif, ce qui peut favoriser le sommeil, le calme et la récupération.

Le Samadhi

Le point culminant à atteindre pour tout yogi pratiquant le Hatha Yoga est Samadhi. Le mot Samadhi est issu du mot Sama qui veut dire « égal » et Dhi qui signifie « reflet ou percevoir. Le Samadhi est un état d’ouverture de conscience, de supraconscience, où l’esprit n’est plus agité en tous sens, et ce grâce à une grande qualité de concentration. En focalisant la pensée sur un seul point, il se produit une expansion de la conscience. Ceci signifie que la conscience s’ouvre et parvient alors à se détacher des futilités de la matérielle pour s’ouvrir à autre chose, une conscience plus large. Le Samadhi devrait être l’état vers lequel tous les êtres humains devraient tendre. Il s’acquiert en entraînant son esprit à se concentrer sur un seul et unique objet, comme le souffle ou une flamme de bougie, sans aucune autre pensée que celle-ci.

Petit commentaire de la psychologue : On voit ici très aisément l’effet bénéfique de tendre vers le Samadhi. Les techniques de méditation et de concentration qui sont enseignées pour cela permettent au pratiquant d’apprendre à se détacher de ses pensées, à les observer sans s’y assimiler. Ce sont nos systèmes de croyances, entretenues par notre mental, qui sont la cause de nos souffrances. Apprendre à ne pas se laisser emporter par ce flot de croyances dysfonctionnelles pour nous-mêmes ne peut être que positif. Ces techniques permettent progressivement de comprendre que nos pensées ne définissent pas l’Etre que nous sommes. L’état d’esprit du yoga, un contrôle de soi.
Enfin, comme je vous l’ai dit au démarrage de cet article, le yoga est une philosophie de vie. S’inscrire dans cette pratique c’est s’inscrire dans cet état d’esprit. D’ailleurs, il existe dans le Hatha Yoga dix règles de conduite pour soi et dix règles de respect de l’autre, appelées Yamas et Niyamas. Les voici :

Les yamas :
  1. Ahimsa : ne pas nuire, ne pas blesser par le corps, les paroles ou l’esprit ;
  2. Brahmacharya : utiliser son énergie avec sagesse, éviter les conduites excessives ;
  3. Kshama : être patient, laisser les expériences vécues dans le passé sans essayer de les retenir ;
  4. Satya : être authentique, vivre dans la franchise de ses pensées, de ses paroles et de ses actes ;
  5. Dhrti : cultiver la persévérance, la détermination ;
  6. Daya : vivre dans la compassion ;
  7. Arjava : être honnête avec soi-même et autrui ;
  8. Mitahara : manger modérément ;
  9. Shauca : être pur dans son mode de vie, garder le corps et l’esprit purs ;
  10. Asteya : ne pas voler et ne pas envier ce que les autres possèdent.
Les Niyamas :
  1. Hri : l’humilité, la modestie;
  2. Santocha : Développer le contentement dans toutes les situations ;
  3. Dana : Apporter sa charité, aider ou servir autrui de la manière dont il est nécessaire ;
  4. Astikya : avoir la foi
  5. Ishvarapujana : vivre dans le culte du Divin, dans la conscience que le Divin est partout ;
  6. Siddhanta Shravana : écouter et suivre des enseignements de maîtres
  7. Mati : réfléchir, enquêter, contempler pour développer un intellect capable de discerner le vrai du faux ;
  8. Hutam : se départir des désirs du monde commun pour s’ouvrir aux expériences spirituelles, se débarrasser de son égo ;
  9. Japa : la répétition de mantras ;
  10. Tapas : cultiver la discipline, l’austérité, pour renforcer le mental.

Petit commentaire de la psychologue : Les Yamas et Niyamas sont des règles morales qui servent de guides tout au long du chemin vers la connaissance de soi. Elles édictent des valeurs universelles qui conduisent vers de meilleures relations avec soi-même et avec autrui. Ces règles, lorsqu’elles sont appliquées, permettent de donner un cadre à l’évolution de notre psychisme.

A l’issue de cette lecture, j’espère que vous ne pouvez qu’attester maintenant des bienfaits que peut amener une pratique régulière -oserais-je même dire quotidienne ! du yoga. Cette pratique est globale, adaptée à tous les âges, à toutes les morphologies de corps, à tous les niveaux d’aisance corporelle et mentale, à tous les genres (oui oui messieurs). L’essayer une fois ne veut pas forcément dire l’adopter car c’est dans la régularité que vous vous apercevrez de ses bienfaits.

3 postures de Yoga anti-stress

Un asana…

…comme le demi-pont (Ardha Setu Bandhasana) est une très bonne posture. Par cette position, de nombreux muscles du thorax, des épaules, du plexus, des cuisses sont étirées. Certains de ces muscles sont directement impliqués dans les sensations qui découlent de la peur. Les étirer permet ainsi de s’en libérer.

Un kriya…

…comme Ekanadi Sodana est une bonne technique de respiration. Il s’agit de la respiration alternée narine droite/narine gauche. Il permet de bien maîtriser la respiration, car plusieurs variables sont contrôlées : l’inspiration, l’expiration, la rétention, la narine gauche, la narine droite. Sachant que la respiration se fait par une seule narine, cette technique permet d’allonger les cycles de respiration, ce qui produit une activation du système nerveux parasympathique et ainsi une détente du corps.

Un Sankalpa

L’introduction d’une phrase positive pour sa journée est une bonne technique de visualisation. Un Sankalpa, lorsqu’il est répété quotidiennement et avec conviction, apporte un sentiment de calme et de paix intérieure.